Une erreur est survenue dans ce gadget

lundi 26 décembre 2011

Balade irlandaise

Je m'en vais avec Tamara et Micah au pub The Starry Plough pour une soirée de danse irlandaise... les semelles et les bocks vont chauffer.

dimanche 25 décembre 2011

Merry Christmas

Joyeux Noël à tous,
Nous avons passé un Noël très américain, avec un repas typique: prime rib (côte de boeuf) de 7 kgs cuite six heures au four et toujours bien rosée à coeur avec l'indispensable purée, et les haricots verts et choux de Bruxelles. Le gravy (sauce à partir du jus de viande, auquel on ajoute de la farine et du sel) et un très British Yorkshire pudding sont venus compléter ce repas dantesque. Le Christmas pudding flambé au Brandy datant de 2010 (oui oui) a été servi en pré-dessert, puisque c'est moyennement mangeable. Le vrai dessert était un riz au lait avec de la crème fouettée à l'intérieur, ce qui le rendait très aérien mais incroyablement lourd - mais cela n'enlevait rien au plaisir, surtout qu'il était recouvert de coulis de framboises dûment passé au chinois. Bref, que ce soit en France ou en Californie, c'est toujours pareil, Noël est un grand moment de bâffrage monumental qui ne déplairait pas à Rabelais, suivi d'une digestion douloureuse passée à faire la vaisselle ou piquer du nez sur les livres poussiéreux des recoins de bibliothèque que personne ne consulte. La lente agonie prend fin quand tout le monde décide enfin d'aller se coucher, au ralenti et à grands renforts de bâillements.
Mais comme d'habitude, l'esprit de Noël prend le dessus et on tire de cette torture auto-infligée un immense plaisir: celui d'être ensemble, quoi qu'il en coûte, même la pire des indigestions.

samedi 24 décembre 2011

Nonoël.

Derniers jours de décembre: San Francisco sous le soleil avec Tamara, les sapins côtoient les palmiers et la neige n'est qu'artificielle, puisque le soleil répond présent dès 8 heures tous les matins dans un ciel la plupart du temps d'un bleu californien. Le soir, une lueur orangée frappe les collines et illumine les maisons en bois, alors que les voisins allument religieusement les guirlandes qui ornent jusqu'au plus petit buisson. Les Santa Claus grimpent sur les cheminées en compagnie de Rodolphe et de divers bonhommes de neige depuis déjà bien longtemps, mais c'étaient les grandes chaînes de magasins qui avaient lancé l'assaut de la promo de Noël dès le lendemain de Halloween.
Ce soir, on a déjà ouvert les cadeaux en France. Comme d'habitude, les Californiens prennent leur temps, et il n'est que onze heures. Le réveillon s'est doucement installé après un jour qui rappelle un automne doux et ensoleillé en Bretagne. Le sentiment de Noël n'y est pas, il fait trop beau. Mais le froid s'insinue avec la nuit tombante, et bientôt on ne voit plus que les lumières aux fenêtres, dans les jardins, dans les rues. Même le chien sait qu'il se passe quelque chose, il ne tient pas en place.
Susie a préparé la table pour le repas de demain, rôti de 7 kilos à l'appui. Il est l'heure du film de Noël: on mange devant Love Actually, et on rit une énième fois devant la chorégraphie de Hugh Grant.
Il est tard, on se dépêche pour ne pas manquer la messe à l'église épiscopalienne du voisinage. Par curiosité, et pour passer un vrai Noël américain, Tamara et moi accompagnons Susie à neuf heures du soir dans cette petite église de bois très chaleureuse. Elle est presque remplie. Une petite formation orchestrale complète le choeur, qui se met à chanter des chansons traditionnelles médiévales pour la plupart, en allemand pour certaines ("O Tannenbaum", par exemple -- "Mon beau sapin"). L'assemblée est invitée à chanter quelques airs et hymnes. Puis le pasteur fait son sermon: il évoque les dessins animés qu'il regardait étant petit et qui annonçaient Noël, rappelle que dans Charlie Brown, les personnages lisent des passages de Luc. Puis il raconte quelques scènes de Maman, j'ai raté l'avion: on pourrait difficilement faire plus américain, et plus californien, surtout. Il en vient à la notion clé de ce soir: l'important est de se rassembler, que l'on soit grenouille de bénitiers ou chrétien sporadique (sic).
Retour à la maison, mais avant, détour en voiture par les plus belles maisons de Berkeley: on dirait des manoirs, elles sont immenses, ont au moins 15 pièces d'une taille bien supérieures aux demeures victoriennes moyennes. Toutes sont décorées. L'une a un sapin à chaque fenêtre. Les jardins sont manucurés. Parmi ces maisons, celle de la fille de François Truffaut, Laura. Une petite fenêtre à l'étage comporte des barreaux: peut-être y conserve-t-elle précieusement l'héritage de son père, à savoir la collection complète de ses films sur pellicule.
A la maison, le chien nous attend. Deux des enfants de Susie arrivent, les cadeaux sont autour du sapin illuminé, les chaussettes sont remplies de douceries, on va ouvrir les cadeaux. Joyeux Noël!

mardi 13 décembre 2011

Boxing gym 2.0

 Bon, alors voilà, depuis le temps que je dis que je fais de la boxe... j'ai réussi à prendre deux trois photos correctes il y a quelques semaines. La plupart c'est surtout pour montrer l'endroit, parce que photographier des boxeurs c'est un peu comme essayer d'attraper un papillon avec une pelle, c'est difficile un peu. Enfin vous voyez l'idée...
Vous noterez les drapeaux: de gauche à droite, "California Republic", qui a l'air vachement communiste, surtout que l'emblème est un ours... ensuite un drapeau de l'association nationale de boxe. En face, le drapeau du club de boxe, créé en 1916 et en activité sans interruption depuis, ce qui en fait le plus vieux club de boxe des USA. Un drapeau américain ÉVIDEMMENT sur le mur droit complète la collec, qui se termine par celui de la fac, surnommée Cal.
 Cette photo est relativement nette: à gauche, un vieux de la vieille, c'est un coach d'un autre club, Jason, l'un des coaches de Cal est en T-shirt blanc, caché par un boxeur qui passe sur la droite.
 Le reste des drapeaux.
 Et la salle adjacente, un peu tendance cuir hein, mais bon. Au fond on peut voir deux petits sacs (un rouge, un jaune) qui servent à travailler la vitesse. Le gros rond devant c'est pour les uppercuts, qui se frappent par en-dessous et ne sont donc pas évidents à faire sur des sacs cylindriques. Les deux salles ont des miroirs sur les murs, comme une salle de danse, pour s'entraîner en corrigeant sa position... comme les danseurs.
 Petite explication: le boxeur de droite vient de frapper, et est donc revenu en position défensive de base, de profil pour faire une cible plus petite. L'autre termine de se baisser parce qu'il vient d'éviter le coup, il ne baisse pas les yeux mais regarde ce que fait l'autre - cligner des yeux équivaut parfois à signer son arrêt de mort, donc quoiqu'on fasse, on ne tourne JAMAIS le dos sur un ring et on regarde toujours ce que fait l'autre. Hilary Swank aurait dû le savoir, elle ne peut s'en prendre qu'à elle de s'être retrouvée en mode légume à l'hosto dans Million Dollar Baby. Bref, on notera aussi les mains vers la tête pour éviter de se prendre une droite, parce qu'il est juste en face de la main la plus puissante de l'autre. Pour terminer, son mouvement annonce certainement un crochet gauche ou un uppercut, mais il est un peu loin pour ça. En tous cas, il peut pivoter vers la droite et essayer de balancer un coup.
Là, au contraire, le boxeur bleu (couleur des gants) est en position plutôt offensive, il attend une ouverture, ou cherche à la provoquer en baissant sa garde: l'autre va se dire qu'il peut avancer pour frapper, sauf que dès qu'il s'approchera suffisamment il se fera avoir par la main droite du bleu (qui n'en est pas un, d'ailleurs, haha.)

C'est tout pour aujourd'hui, je vais dormir, demain postage de colis de Noël, lecture et boxe!

Des news et des photos

Bon voilà, je suis en vacance avec un peu de devoirs à faire, mais le gros est passé. J'ai donc commencé à trier les milliards de photos qu'il faut que je poste.
Voilà une série prise en noir et blanc de nuit dans ma rue. C'est involontairement inquiétant, à la base c'était juste pour tester les effets de nuit que ça pouvait donner. Bref.

Beware of the dog...

Un porche.

Drive

The Roxie Food Center

Christmas

Les pseudo-rond points des USA.

Ghost car (c'est une Porsche en vrai)

L'école primaire à deux rues de chez moi

Les voisins

Home creepy home...

lundi 5 décembre 2011

dimanche 4 décembre 2011

En passant

Petit message rapide: il est 22 heures 30, je vais me coucher dans cinq minutes parce que demain c'est entraînement à 7 heures. Du matin. Oui oui.
Donc c'est juste pour dire que j'ai récupéré les photos du voyage que j'avais fait à Los Angeles il y a quelques semaines et je vais les poster le plus vite possible.
J'ai une semaine chargée, qui va commencer tôt demain, continuer mardi avec une conférence sur La corde de Hitchcock par mon prof de littérature/cinéma qui a notamment écrit au sujet du même film l'essai titré Anal Rope. Je crois que ça se passe de traduction... on va bien rigoler, et oui, je ferai des photos. héhé.
Mercredi, je vois mon prof d'archi une dernière fois pour récupérer un bouquin, jeudi je mange chez une copine et il faut que je passe au consulat pour pouvoir voter (pour qui, on se demande bien, cela dit!).
Vendredi, rien de prévu. Je crois...
Bref, ça va être une bonne semaine, sans cours, donc j'aurai le temps de faire plein de trucs, notamment des articles, mais le plus important sera quand même les entraînements de boxe, le travail pour ma dissert et mes deux compte-rendus de cours, et le sommeil, beaucoup de sommeil j'espère, parce que, le compteur est lancé, dans deux mois environ j'ai la possibilité de faire un match de boxe... alors il va falloir que je sois un peu en forme... sinon ça va faire mal. (mais oui on a des protections à la tête, pour les dents, et même pour la poitrine - pour ce que ça sert, m'enfin bon).

Voilà, j'espère que vous avez pas trop froid, que vous allez bien où que vous soyez, et que vous passerez une bonne semaine!
A tchao bon dimanche pour de nouvelles aventures. (ai-je précisé que mon français se détériorait sérieusement ces temps-ci?)